Dico du turfiste lettre A

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P

Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

 

A CHEVAL : Parier à cheval, c'est jouer gagnant et placé un même concurrent. Aucun rapport connu avec le hamburger.

ACCROCHER (s') : Deux trotteurs s'accrochent lorsque la roue du sulky de l'un, ralentissant, passe à l'intérieur de celle de son voisin et l'empêche de progresser.

ACTION : L'action d'un cheval, c'est l'ampleur de son mouvement. Un galopeur ou un trotteur a « grande action » lorsque ses foulées couvrent beaucoup de terrain. Même chose pour les battues d'un trotteur. On peut à l'inverse dire d'un cheval qu'il a « petite action » ou qu'il n'a plus d'action du tout, c'est-à-dire que l'amplitude de son geste se réduit progressivement, parfois sous l'effet de la fatigue.

AFFICHER : Placer un cheval dans les trois premiers, souvent à grosse cote, alors qu'il est inattendu. Souvent utilisé dans ce sens par les parieurs à tendance paranoïaque : « Nanard m'a fait afficher Brunoise à trente contre un ! Il l'a fait exprès. »

AFFUTE : Préparé pour une course, un objectif. On « affûte » un cheval pour une grande épreuve, comme on affûte un couteau avant de tuer le cochon.

AGE : Les chevaux changent tous d'âge au I er janvier, quelle que soit leur date de naissance (la plupart d'entre eux naissent entre février et mai). Dans l'hémisphère Sud, comme les saisons sont inversées, les anniversaires ont lieu le I er août.

AIGLES (piste des) : Un des terrains d'entraînement les plus fameux de Chantilly, où sont basés la plupart des meilleurs pur-sang en France. On galope « sur les Aigles ».

AIR SOUS LEVENTRE (avoir de I') : Se dit d'un cheval haut sur jambes.

ALLER-RETOUR : Dans les épreuves réunissant un petit nombre de concurrents, sept au plus, l'ordre d'arrivée des deux premiers doit être précisé au jumelé (jumelé dans l'ordre). Si l'on veut jouer les deux ordres possibles, on stipule « aller-retour » au guichetier. Exemple : « Faites-moi le jumelé 2-4 aller-retour. Bien entendu, la mise est doublée puisqu'on parie alors sur deux combinaisons différentes.

ALLANT : Un cheval allant veut prendre l'avantage sur ses adversaires dès le début du parcours.
Il galope ou trotte plus vite que son pilote ne le désire.

ALLURE : Mode de déplacement d'un cheval. Le galop, le pas, le trot et l'amble sont les allures les Plus courantes. Toutes sont naturelles mais les deux dernières sont, à l'état sauvage, des allures de transition entre le pas et le galop.

ALPHABET : Les trotteurs et les chevaux autres que pur-sang, aussi appelés «AQPS », nés une année donnée partagent la même initiale, comme les chiens, par exemple. Cependant, les lettres W, X,Y et Z sont omises en France. On passe directement de la lettre V à la lettre A. Les fonctionnaires des haras nationaux craignaient le manque d'imagination des éleveurs, en particulier chez les trotteurs. Un coup d'œil sur un programme suffit à les comprendre... Dans le passé, les naisseurs étaient autorisés à ajouter un chiffre à un nom s'il était déjà pris, d'où les fameux Héros XII chez les pur-sang ou Bellino II chez les trotteurs. C'est très pratique, cependant, pour retrouver par déduction l'âge d'un cheval. Les pur-sang et les trotteurs étrangers (exception faite de l'Italie et de la Belgique, qui n'ont pas les mêmes initiales que les nôtres car ils ont démarré l'alphabet à une autre époque) ne sont pas soumis à ce type de restrictions dans la mesure où il s'agit d'un élevage mondial et libéral, au sein duquel l'anglais prédomine d'ailleurs. Néanmoins, certains grands élevages tiennent à conserver la même initiale lorsqu'ils baptisent une pouliche, de façon à mieux se repérer dans leurs lignées maternelles. Les Allemands, eux, distinguent carrément des familles entières ainsi, toutes les femelles ayant gardé la même initiale.

AMBLEUR : Chez les chevaux d'attelage américains, on différencie deux allures : le trot, et l'amble, une allure croisée et une allure symétrique. Le programme est également réparti entre ces deux allures mais l'élevage de base est le même. L'amble est légèrement plus rapide que le trot, il est interdit évidemment dans les courses françaises au trot, comme d'ailleurs dans la plupart des pays d'Europe, où cette spécialité est rarement pratiquée (un peu au pays de Galles et en Irlande). On trouve en revanche de nombreuses courses d'ambleurs en Australie et en Nouvelle-Zélande.

ANE : Cheval médiocre.

ANIMATEUR : Celui des concurrents qui mène le peloton. On dit aussi leader.

AQPS : Initiales de « autres que pur-sang », par lesquelles on désigne les galopeurs ne faisant pas partie du stud-book des pur-sang. Cet élevage parallèle est généralement orienté vers les épreuves d'obstacles et il est aujourd'hui très concentré en pur-sang mais il a sa spécificité. Sept fois lauréat du prix La Haye Jousselin, une des grandes courses d'Auteuil, Al Capone II, par exemple, est un AQPS.

ARPETTE : Apprenti(e).

ARRETE (gagner) : Gagner très facilement, en toute décontraction.

ATTACHE-LANGUE : Pour empêcher les chevaux de passer la langue sur le mors, ce qui peut leur compliquer la respiration, on attache leur langue à l'aide d'un morceau de bas nylon ou d'une lanière de cuir.

ATTELE (trot) : Les deux tiers des courses au trot en France sont à l'attelé, c'est-à-dire que les chevaux tirent un sulky, au contraire du trot monté, qui représente l'autre tiers du programme et demeure une exclusivité française.

ATTENTE (course d') : Faire une course d'attente, c'est placer son partenaire au sein du peloton dans l'espoir de pouvoir se dégager au moment opportun pour battre les animateurs sur une pointe de vitesse, en fin de parcours.

AUTOSTART : Automobile équipée de deux ailes rétractables derrière lesquelles les trotteurs se rangent selon un ordre prédéterminé au départ. Lancé progressivement à pleine vitesse, l'autostart distance les chevaux au niveau du poteau de départ et replie ses ailes pour quitter la trajectoire du peloton.

C'est le mode de départ privilégié sur la plupart des pistes d'Europe, le seul utilisé en Amérique du Nord et en général dans les épreuves de vitesse. Les Suédois, toujours très pointilleux, ont inventé un système d'accélération progressif et automatique qui fait désormais référence dans le monde encore méconnu des conducteurs d'autostarts. Les places des concurrents, qui peuvent être répartis sur plusieurs lignes (on a vu de grandes épreuves américaines avec trois rangées de trotteurs, mais en temps normal on se limite à deux rangées), dépendent de leurs gains et d'un tirage au sort.

Les neuf trotteurs les plus riches, si la « barrière » (comme disent les Québécois) est assez large pour en contenir autant, sont en première ligne. A chaque ligne, les places sont tirées au sort. Les meilleures positions sont généralement celles du centre : à l'extérieur, on a trop de terrain à couvrir s'il faut emprunter un virage en prenant son élan, et à la corde, on ralentit à l'approche d'un tournant lorsque les chevaux de l'extérieur sont lancés à pleine vitesse.

AVION : Cheval très supérieur à ses adversaires, généralement issu d'une grande écurie. L'usage de ce terme peut sous-entendre, chez les plus paranoïaques, que le cheval désigné est sous l'effet d'un stimulant.

AVOINE (gagner son) : Se dit d'un cheval qui paie tout juste ses frais de pension avec ses gains de course. Comme le carburant naturel d'un cheval de courses le plus coûteux, c'est l'avoine, on fait référence à cet aliment en particulier.